Toujours aussi engagé en matière de budget


Quel bilan en matière de budget, à l'aube de son adoption par le Parlement ? De la santé à la culture, de l’action extérieure de l’État à la transition écologique, je reste engagé sur tous les fronts qui vous tiennent à cœur.

Je vous le disais le mois dernier, l’automne est à l’Assemblée en grande partie dédié aux travaux sur les lois de financement public. Je suis ravi de pouvoir vous annoncer que dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2024, j’ai fait adopter une mesure pour améliorer la santé prénatale.

Le cytomégalovirus, ou CMV, touche 5 à 9 nouveau-nés sur 1000, et représente l’infection materno-fœtale la plus fréquente, ainsi que la source principale d’handicaps neurosensoriels. Son diagnostic de manière précoce pendant la grossesse permet de prévenir la transmission, grâce à l’administration d’un traitement antiviral. Près de 80 % des handicaps sont ainsi évitables, lorsque le dépistage est réalisé assez tôt. La mesure que j’ai faite adopter permettra à toutes les femmes enceintes de bénéficier de ce dépistage prénatal de façon systématique et précoce.

Du côté du PLF 2024 (le budget de l’État), j’ai présenté au reste de la commission des finances mon rapport sur le budget de la culture, insistant notamment sur les bénéfices du pass Culture et sur le travail à poursuivre pour l’étendre aux Français de l’étranger. Lors de la présentation du budget de l’action extérieure de l’État, j’étais au rendez-vous pour les Français de l’étranger, notant les progrès de ce budget, en forte augmentation. Il permettra d’amorcer le rattrapage des coupes franches instaurées il y a dix ans par le gouvernement de l’époque. Notons par exemple les crédits supplémentaires dédiés à nos Instituts français et aux Alliances françaises, à l’AEFE ou encore aux aides à la scolarité dont bénéficient les élèves français de nos établissements scolaires à l’étranger.

J’ai par ailleurs rappelé que la numérisation était un outil essentiel s’agissant la délivrance des titres d’identité, qui permettrait de largement simplifier la vie de nombreux Français de l’étranger, et de moderniser nos procédures. Il m’a aussi fallu rappeler à certains que l’imposition universelle des Français de l’étranger était une mesure injuste qui n’avait pas sa place dans notre République : il n’y a pas de lien entre nationalité et impôt !

Enfin, j’ai insisté sur la nécessité de nous engager, dans ce budget pour les Français de l’étranger, pour la rénovation de notre réseau d’écoles à l’international. Cela s’inscrit aussi dans l’un des trois engagements de ce PLF 2024, vis-à-vis de la transition écologique. 40 milliards sont dédiés à celle-ci, soit une augmentation de 21 points par rapport au budget 2023 : il s’agit de l’augmentation la plus importante proportionnellement, loin devant l’agriculture. Vous connaissez mon engagement en faveur de la transition écologique et énergétique : je me réjouis du fond du cœur de ce choix budgétaire. 


Articles similaires

Création et référencement du site par Créer un site internet d'homme politique

Connexion