Au service de l’intérêt général, de la transition écologique et de chaque Français : mes ambitions pour la Caisse des dépôts


En ce début de nouveau mandat, la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, m’a fait l’honneur de me nommer membre à la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations. Lors de la première réunion plénière à laquelle ont participé l’ensemble des commissaires-surveillants, ces derniers m’ont confirmé leur confiance en m’élisant à l’unanimité président de la Caisse des dépôts et consignation.

La Caisse des dépôts et des consignations et ses 120 000 collaborateurs constituent la plus grande institution financière publique française. Placé sous la protection du parlement elle agit dans l’intérêt général pour financer des politiques publiques essentiel comme le logement social. Sa Commission de surveillance assure son bon fonctionnement et sa stratégie d’investissement à long terme.

 

En tant que président, mon rôle est de participer à assurer que l’épargne des Françaises et des Français est investie en accord avec les missions d’intérêt général prévues par la loi. Depuis plus de deux siècles, la Caisse des dépôts accompagne les grands changements que connait notre société. Aujourd’hui, elle se doit de préparer notre avenir et redoublant d’effort pour lutter contre le changement climatique.

 

Au-delà de son implication sur le territoire national, la Caisse des dépôts assure une présence institutionnelle en Europe et dans le monde, notamment au sein de notre circonscription. En effet, la Caisse intervient hors de France, parfois, et main dans la main avec des acteurs européens, souvent. Depuis avril 2021, elle co-finance par exemple, via la Banque des Territoires, la création d’un parc éolien off-shore dans la Manche avec l’entreprise suédoise Vattenfall. La Caisse des dépôts déploie ainsi des financements européens au bénéfice de l’ensemble des territoires, s’y fait le relais des grands plans d’investissement européens (à l’instar du Pacte vert pour l’Europe) et facilite l’accès des moyens de financement européens aux porteurs de projet.

 

Les orientations que je souhaite donner à la Commission de surveillance s’inscrivent dans la continuité de mon appétence pour le financement de la transition vers une société plus durable, matérialisée par mon rapport sur la finance verte et son déploiement en Europe, présenté à l’été 2020 à Bruno Le Maire et Barbara Pompili, alors respectivement ministre de l’Économie et ministre de l’Écologie. J’en suis convaincu, ce défi que constitue le financement des transition écologique, énergétique et climatique doit être adressé dès aujourd’hui, dans les faits, toucher tous les Français et faire l’objet d’un travail conjoint avec les organismes européens. Par mon engagement à la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts, je m’y attèle.


Articles similaires

Création et référencement du site par Créer un site internet d'homme politique

Connexion