Alexandre Holroyd

Blog

Lors de la déclaration de Meseberg, la France et l’Allemagne se sont entendues pour renforcer la zone euro et rendre notre économie européenne plus forte. Une telle entente politique est inédite sur le sujet ; l’accord franco-allemand est le préalable de grandes avancées européennes. Comme l’ont fait le Président de la République et la Chancelière lors du Conseil Européen de juin, nous devons désormais nous atteler à convaincre nos partenaires européens de la nécessité d’une réforme de la zone euro.

 

Depuis 2001, l’euro fait partie du quotidien de 340 millions d’européens qui achètent leur pain, reçoivent leur salaire ou voyagent d’un pays à l’autre avec notre monnaie commune. C’est l’un des symboles les plus prégnants et les plus visibles de l’Union Européenne et l’une de ses forces : 31,3% des échanges internationaux sont en euros.

Mais la crise de la dette européenne a révélé que la zone euro reposait sur des fondations peu résistantes aux fluctuations de l’économie mondiale. Les citoyens européens et leur épargne ont été victimes de cette instabilité. Or, l’Europe doit être en mesure de protéger ses citoyens face aux aléas de l’économie, de garantir la sécurité de leur épargne et de les rendre plus prospères. Réformer la zone euro est donc nécessaire pour chacun : l’urgence est réelle et la fenêtre d’opportunité créée par la reprise économique sera courte.

Mon rapport sur la gouvernance de la zone euro, conduit avec ma collègue Michèle Tabarot, ainsi que la proposition de résolution européenne qui s’en est suivie, s’inscrivent dans cette volonté réformatrice. Lors des questions au gouvernement, j’ai interrogé le Ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire sur le sujet. De ces travaux, je retiens 3 choses : 

  • Premièrement, la zone euro doit se doter d'outils permettant de stabiliser l’économie européenne en cas de besoin. Pour la Commission européenne, il s’agit avant tout de protéger les investissements en cas de crise. Je suis, pour ma part, convaincu que nous pouvons aller plus loin : l’investissement est crucial pour nos économies, mais est peu réactif face aux chocs économiques et peu visible pour nos citoyens. Une forme d’assurance chômage européenne présenterait un double intérêt : elle permettrait de briser les cercles vicieux des crises économiques, tout en donnant aux citoyens une preuve tangible d’une Europe plus humaine. La déclaration de Meseberg, qui reprend l'idée d'une telle assurance, montre que la France et l'Allemagne sont prêtes à porter cette ambition.

 

  • Deuxièmement, cette solidarité entre pays européens doit s’accompagner d’un impératif de responsabilité. C’est pourquoi je soutiens la proposition de la Commission européenne de créer un nouveau programme d’appui aux réformes.

 

  • Enfin, il est important de rendre la gouvernance de la zone euro plus démocratique. La Commission propose de créer le poste de ministre des Finances de la Zone Euro. Un tel ministre serait alors responsable de ses décisions devant le Parlement européen. Il aurait une légitimité certaine pour porter les intérêts de l’euro sur la scène internationale.  Mais nous devons toutefois nous assurer que la réflexion autour de ce ministre porte aussi sur le budget qu’il pourrait gérer : c’est l’une des conditions pour qu’il puisse être véritablement efficace en cas de crise.

Au Conseil Européen de juin, les chefs d’Etat de la zone euro se sont accordés pour avancer sur des politiques concrètes alliant solidarité et responsabilité : c’est le cas de l’Union bancaire, qui doit être complétée pour assurer la protection des épargnants. C’est aussi le cas du renforcement du mécanisme européen de solidarité, qui a permis de répondre à la crise financière.

Les pays européens ont montré qu’ils pouvaient surmonter leurs divisions : sombrer dans l’immobilisme mettrait notre monnaie commune et nos concitoyens en danger. Ensemble, nous avons construit l’euro en acceptant d’abandonner nos monnaies nationales. Ensemble seulement, nous pourrons le renforcer pour que cette monnaie protège tous les Européens.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.