Alexandre Holroyd

Blog

Crédits photo : POOL / AFP/ DAN KITWOOD

Le Président de la République a rencontré le 18 janvier dernier la Première Ministre britannique Theresa May à l'Académie militaire royale Sandhurst, à l’occasion du 35ème sommet franco-britannique. Ce sommet illustre l’importance de la relation franco-britannique. Les enjeux de sécurité et de défense, la relation économique et d’innovation, et les liens culturels et humains étaient au centre des discussions entre les deux chefs d’Etat. Malgré le contexte du Brexit, le Royaume-Uni est et restera un partenaire essentiel pour notre pays. Les négociations sur le départ du Royaume-Uni de l’UE ne doivent en aucun cas nous amener à revenir sur la qualité de la relation bilatérale qui nous unit historiquement au Royaume-Uni. Je suis convaincu que la France et le Royaume-Uni ont beaucoup à gagner à renforcer leur coopération bilatérale.

 

Concernant la gestion de la frontière franco-britannique, la signature du traité de Sandhurst permettra d’améliorer la gestion quotidienne de notre frontière commune. Ce nouveau traité permet par exemple d’accélérer le traitement des demandes d'asile, notamment pour les mineurs isolés, pour qui les délais seront réduits de 6 mois à 20 jours. Le Royaume-Uni a également accepté de soutenir financièrement la France à hauteur de 50 millions d’euros, notamment pour la mise en place de structures d’hébergement en dehors du Calaisis. Il est de notre devoir de mieux accueillir les demandeurs d’asile, de mieux intégrer les réfugiés et notamment les plus fragiles. Aujourd’hui, les demandeurs d’asile attendent en moyenne quatorze mois avant de recevoir une réponse et notre système d’hébergement ne prend en charge que 60 % d’entre eux.

 

En matière de défense et de sécurité, la coopération entre nos deux pays a été approfondie : les programmes communs de développement de matériel militaire se poursuivent, notamment dans le domaine des armes complexes, de la lutte contre les mines en mer et des technologies du combat aérien du futur. Notre coopération opérationnelle s’intensifie également avec la contribution française à un groupement tactique de l’OTAN sous commandement britannique en Estonie en 2019 et avec le déploiement de trois hélicoptères du Royaume-Uni dans le Sahel. Le Royaume-Uni s’est engagé à renforcer sa contribution à l’Alliance pour le Sahel avec une aide au développement supplémentaire de 56 millions d’euros. En partenariat avec le Royaume-Uni, nous continuerons d’avoir une action commune en matière d’éducation, de santé et de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Alliance pour le Sahel.

 

Plusieurs grandes annonces concrètes en matière de coopération économique et d’innovation ont été dévoilées lors de ce sommet, telles que la signature d’accords en matière de médecine génomique et de coopération spatiale, la mise en place d'un colloque franco-britannique sur les questions numériques ainsi que plusieurs initiatives communes sur les sujets climatiques.

                                                                                              

Enfin, les liens culturels et humains ont été mis en avant dans leur diversité, comme l’illustre le prêt de la tapisserie de Bayeux qui n’avait pas quitté le sol français depuis presque 1 000 ans. Ce prêt incarne le lien de confiance et d’amitié entre nos deux pays. Les jumelages entre villes françaises et britanniques ainsi que la coopération en matière d’organisation d’évènements sportifs, notamment en vue de l’accueil des Jeux Olympiques à Paris en 2024, seront également renforcés.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.