Alexandre Holroyd

Blog

Grand débat

 

Consulat général de France à Edimbourg

Le 1er mars de 18h00 à 20h00

Modéré par les Professeurs Emile Chabal et Laurence Grove

50/60 participants

 

 

Thème 1 : démocratie et citoyenneté

 

 

Démocratie et Europe

 

  • Toute réflexion sur la démocratie devrait inclure sa dimension européenne, particulièrement dans le contexte du Brexit.

 

Démocratie en France

 

  • Les questions relatives à l’inégalité sociale et à l’inégalité des chances sont absentes des questionnaires, regrette une participante. Or, l’égalité de chacun doit être au cœur du débat car elle est la condition préalable au bon fonctionnement d’une démocratie. L’importance d’un dialogue social large, incluant familles, parents, est évoqué pour y palier. L’importance de l’éducation pour le bon fonctionnement démocratique est également évoquée.

 

  • Deux participants remettent en cause le fait que la France soit démocratique, estimant que tout le monde ne peut s’exprimer ; la population se détourne du vote. Nous avons besoin d’outils supplémentaires et d’espaces de parole. Un participant regrette que les élus suivent trop souvent les lignes partisanes plutôt que de voter pour leur circonscription. Néanmoins, cette vision est contestée par d’autres.

 

  • Par ailleurs, il est souligné que la France est une démocratie que d’autres envient et qu’il est grave, dans le contexte géopolitique actuel, d’estimer que la France n’est qu’une façade démocratique. Plusieurs participants estiment également que la population n’a jamais été autant écoutée qu’aujourd’hui - sans pour autant que des solutions soient apportées.

 

Représentation démocratique

 

  • Un consensus se forme néanmoins quant à l’importance du Grand débat : les citoyens souhaitent dialoguer et être écoutés. L’institutionnalisation d’un Grand débat régulier revient plusieurs fois : il pourrait avoir lieu soit annuellement, soit à mi-mandat, soit avant les élections nationales et européennes.

 

  • Le devoir d’exemplarité des élus est souligné ; certains regrettent le double agenda des élus candidats à un autre poste. Il est évoqué que les ministres ne devraient pouvoir quitter le Gouvernement qu’en cas de fin de mandat du Président ou de limogeage.

 

  • La transformation du pays est nécessaire, selon certains ; mais des minorités peuvent bloquer le pays. Cela montre qu’au-delà de la démocratie, toute transformation nécessite de raccrocher toute une partie de la France qui a « décroché ». Une partie de la population est trop précaire et n’arrive pas à s’en sortir.

 

  • Afin de remédier à cela, le tirage au sort, le renforcement des corps intermédiaires et l’engagement local sont évoqués. L’exemple des Community council à Edimbourg souligne de l’intérêt dans l’engagement local.

 

Numérique et citoyenneté

 

  • La lutte contre les fausses informations fait consensus. Afin d’y remédier, une régulation plus contraignante est envisagée : chacun doit avoir le droit à son opinion mais une base de faits commune doit pouvoir être établie. Cela est d’autant plus dangereux que les algorithmes des réseaux sociaux ont tendance à véhiculer les mêmes messages aux mêmes personnes, créant des chambres d’échos qui polarisent le débat public.

 

  • Plusieurs participants sont en faveur d’un encadrement des réseaux sociaux via l’interdiction de l’anonymat sur internet. Pourquoi a-t-on le droit d’être anonyme sur internet et non dans l’espace public ?

 

  • Néanmoins, une majorité de participants (2/3) s’est exprimée lors d’un vote à main levée contre cet anonymat, car il pourrait engendrer des conséquences négatives, par exemple si un état autoritaire prenait le pouvoir. Sans être étatique, la responsabilité sur les réseaux sociaux doit être collective.

 

 

 

Fiscalité et dépense publique

 

 

Un impôt universel ?

 

  • L’impôt est, en principe, basé sur la résidence. Néanmoins, dans le cas de déménagements internationaux, cela pose la question de la dette accumulée par un citoyen à l’égard d’un Etat en matière de dépenses sociales, de santé, d’éducation, etc. Une personne ayant étudié en France mais travaillant en Ecosse estime qu’elle a une dette envers la France et pourrait payer en fonction de ses moyens un impôt universel.

 

  • Néanmoins, lors d’un vote sur l’opportunité d’un tel impôt, la majorité (4/5) s’est exprimée contre, au motif du fait que les services publics sont également financés par les parents qui paient leur impôt lorsque leurs enfants bénéficient de l’éducation nationale.

Dépenses publiques

La France a les plus forts taux de prélèvements obligatoires et de dépenses sociales, soulignent plusieurs participants, sans pour autant obtenir les meilleurs résultats en matière d’efficacité de la dépense. Le gaspillage d’argent public est montré du doigt, que ce soit en termes du nombre d’élus ou du millefeuille administratif.

 

  • Les études de la Cour des comptes ne sont pas assez mises en œuvre alors qu’elles proposent des réductions de dépenses publiques.

 

  • Alors que certains participants estimaient que la communication sur les dépenses publiques étaient mauvaises, d’autres soulignent la transparence des conseils municipaux ou même de la répartition du budget (se référer au tableau fiche fiscalité du GDN).

 

  • Certains regrettent que la France continue d’ignorer les règles budgétaires européennes.

 

  • Un élu s’oppose aux privatisations successives, des autoroutes aux aéroports de Paris.

 

  • Un participant souligne que la répartition des dépenses publiques semble saine ; il sera difficile de faire des économies sur les services publics : les Français ne souhaitent pas qu’on baisse les dépenses liées à l’éducation, la santé, la sécurité.

 

  • Le besoin du contrôle parlementaire est évoqué ; le printemps de l’évaluation mis en place à l’Assemblée nationale est alors évoqué. Une sunset clause est aussi évoquée pour que les lois soient régulièrement évaluées : elle prévoit que les effets d’une loi cessent après une période donnée.

 

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.