Alexandre Holroyd

Blog

Ma collègue Samantha Cazebonne a publié en février dernier un rapport sur l’enseignement français à l’étranger. Son analyse exhaustive met en exergue les enjeux auxquels notre réseau fait face, de la place des parents dans la gouvernance de l’AEFE jusqu’au statut des enseignants. Les 147 propositions du rapport permettent d’ouvrir le débat sur le futur du réseau ; nous devons saisir ces recommandations pour accompagner le développement de l’Agence tout en assurant son avenir. J’espère que ces propositions seront entendues et suivies de mesures concrètes.

Je me félicite d’abord des recommandations visant à renforcer le rôle des parents au sein des instances de l’Agence ; il ne faut pas oublier que ce sont eux les premiers contributeurs de notre réseau, en plus d’en être souvent les gestionnaires. La lisibilité des frais de scolarité doit à ce titre être au centre de nos efforts communs, ainsi qu’une représentation parentale à la hauteur de leur engagement pour le réseau.

La députée Samantha Cazebonne se penche également sur la question du corps enseignant, qui fait face à des enjeux certains, notamment sur la multiplicité des statuts ou le manque de reconnaissance de leur parcours international à leur retour en France. Les pistes proposées, comme la validation des acquis d’expérience, doivent être étudiées.

Notre réseau, par essence mondial, s’inscrit dans un contexte international chaque jour plus concurrentiel, auquel la francophonie doit s’adapter. Maintenir l’influence de notre système d’enseignement, cela passe par le développement d’une stratégie forte et coordonnée à travers l’ensemble du réseau. Les filières bilingues sont ainsi à encourager car elles permettent à l’enseignement français à l’étranger de bénéficier des apports d’un système d’éducation local. Je me félicite à ce titre de l’octroi du premier LabelFrancEducation au Royaume-Uni à l’école primaire Shaftesbury Park – la coopération franco-britannique en sort renforcée !

De surcroit, comme le rapport le souligne, seul 25% des enfants français à l’étranger sont scolarisés dans un établissement homologué. Développer les offres parallèles, comme les LabelFrancEducation, les écoles FLAM, c’est donc une question d’équité pour toutes les familles françaises à l’étranger. La Fédération Parapluie FLAM, qui regroupe une cinquantaine d’associations FLAM au Royaume-Uni, peut d’ailleurs servir de modèle à ce développement.

Le Président de la République avait souhaité placer l’enseignement français à l’étranger au cœur de la diplomatie française, en doublant le nombre d’élèves dans le réseau d’ici 2030. Le Gouvernement s’appuiera sur les recommandations du rapport pour mettre en œuvre ces engagements.


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.